Naissance d’une nouvelle Communauté de Communes : Mézenc – Loire – Meygal

Naissance d’une nouvelle Communauté de Communes  :
Mézenc – Loire – Meygal

C’est au premier janvier 2017 que naîtra la nouvelle Communauté de Communes, fruit de la fusion entre la Communauté de Communes du Pays du Mézenc et 5 communes du Meygal.

Pourquoi ce nouveau territoire?

Nous disposions de nombreux atouts complémentaires incitant à un rapprochement et ce territoire élargi (22 communes, 11022 habitants) permettra de mieux défendre les intérêts de ses habitants au niveau départemental et régional.
Cette fusion est une véritable opportunité pour renforcer le dynamisme et l’attractivité de notre territoire et maintenir un service de qualité.
Le 10, Place Saint-Robert à Saint-Julien Chapteuil abritera le siège administratif de cette communauté, mais la majorité de ses agents travaillera en dehors de ces murs.
Les instances de décision de la nouvelle collectivité seront mises en place au tout début du mois de janvier 2017, lors de la première réunion du Conseil Communautaire, qui comptera 40 membres. La représentation des communes variera, en fonction de leur poids démographique, d’un à six délégués.
Pendant toute l’année 2016, les élus ont travaillé activement pour mettre en place l’organisation la mieux adaptée à ce nouveau territoire.
À taille « humaine », cette nouvelle collectivité se veut proche de ses habitants.

Impact par domaine :

Enfance Jeunesse :

Vivre au Pays : Avec cette compétence, nous faisons le choix ambitieux de donner à nos habitants des services de proximité et de qualité.
Un pôle « enfance jeunesse » renforcé, avec 5 crèches / halte-garderies, permettra de satisfaire l’ensemble des demandes des familles du nouveau territoire avec un projet pédagogique commun, en complémentarité avec le Relais Accueil Petite Enfance fédérant les assistantes maternelles. Les accueils de loisirs du Monastier-sur-Gazeille et de Lantriac œuvreront en complémentarité afin de répondre aux besoins.

Éducation

Sur le volet éducatif, les T.A.P. (temps d’activité périscolaires) seront sans doute étendus à l’ensemble du territoire, et la Communauté de Communes prendra en gestion l’intégralité des transports scolaires secondaires comme relais local du département et de la région pour les collèges publics du territoire (le Monastier et Saint-Julien)

Sports – culture – vie associative

Plusieurs grands axes de travail pour cette compétence et harmonisation des politiques culturelles et sportives existantes.
L’ensemble des citoyens des 22 communes auront accès de manière privilégiée aux équipements intercommunaux : la patinoire, la station de Ski du Mézenc… avec une politique tarifaire préférentielle.
Concernant l’accès à la culture et particulièrement la politique éducative, la nouvelle Communauté de Communes réfléchira dès 2017 à l’ouverture d’une nouvelle antenne de l’école de musique intercommunale sur l’ancien territoire du Meygal, permettant un équilibre des enseignements sur l’ensemble du territoire. Ce projet prévoit la mise en place de l’éveil musical et du premier cycle d’enseignement.
En parallèle, l’animation culturelle devra se structurer sur ce nouveau périmètre en lien avec les principaux acteurs locaux. La Communauté de Communes souhaite y apporter son soutien matériel, financier et humain.
La dynamique autour des pratiques sportives comme le VTT, le trail et l’escalade sera accentuée, en réfléchissant là aussi à doter l’ensemble du territoire d’équipements. L’aménagement de la gare de Lantriac sera poursuivi afin d’étoffer l’offre de loisirs en lien avec la Transcévenole.
Concernant les associations, un soutien financier sera mis en place sous réserve de répondre aux critères définis par la nouvelle intercommunalité et dans la limite de ses compétences.

Économie et développement touristique.

Cette compétence sera harmonisée au 1er janvier 2017 dans le cadre du transfert obligatoire des Zones d’Activité Économique à l’échelon intercommunal imposé par la loi.
La Communauté de Communes a pour objectif de favoriser l’installation de nouvelles entreprises en réalisant, en fonction des demandes des communes et de la disponibilité foncière, de nouvelles zones d’activité économique.
Elle souhaite aussi en partenariat avec le département et les acteurs du programme LEADER (fonds européens) permettre aux entreprises industrielles, artisanales et commerciales de moderniser leurs outils de travail en mettant en place une aide à l’immobilier d’entreprises et créer ainsi un effet de levier.

Tourisme

Même si cette compétence est aujourd’hui plus développée sur la Communauté de Communes du Pays du Mézenc, du fait d’une part plus importante du tourisme dans l’économie locale, une stratégie touristique commune sera développée afin d’assurer la promotion d’un nouveau territoire chargé d’histoire, de patrimoine, de richesses naturelles et propice à la pratique des activités de pleine nature. Sans oublier la gestion d’un pôle Neige unique sur le département permettant aux acteurs du tourisme d’envisager un développement 4 saisons. Ce secteur d’activité est créateur d’emplois.

Logement et cadre de vie

Le programme « Habiter mieux », dispositif d’aide financière mis en place par l’État et l’ANAH, et relayé localement par SOLIHA Haute Loire sera étendu aussi. Ce dispositif permet aux résidences principales sous conditions de ressources de bénéficier de subventions importantes dans le cadre de travaux qui permettent de réaliser 25% d’économies d’énergie. La Communauté de Communes apportera sa pierre à l’édifice.
La Communauté de Communes continue à prendre à sa charge des dépenses liées au déneigement et ce dispositif sera appliqué dès l’hiver 2017-2018 à l’ensemble des communes.
L’équipe verte reste à la disposition des communes pour la réalisation de travaux d’espaces verts, de voirie, de petits entretiens ou toutes autres missions dans leurs compétences.
La Communauté de Communes possède aussi deux résidences-service permettant aux personnes âgées de bénéficier d’appartements en location en centre-bourg, et en disposant des services de l’ADMR sur place.

Urbanisme

Dès 2018, la communauté de communes récupéra l’instruction des actes d’urbanisme actuellement réalisée par les services de l’État.

Solidarité envers les communes

En cette période de baisse des dotations, la Communauté de Communes souhaite se positionner en soutien des communes, et plus particulièrement des plus petites par un soutien logistique, technique, administratif et financier.
Cette aide se concrétisera par la mise en place de fonds de concours sur les projets communaux selon des critères fixés par les élus communautaires.

Fiscalité

Les taxes locales seront harmonisées sur l’ensemble du territoire. Ce changement se fera progressivement, par la mise en place de dispositifs de lissage et de convergence.
Les réformes territoriales votées en 2014 et 2015 vont induire la mise en place de compétences communautaires lourdes et coûteuses d’ici 2020, les plus importantes étant la gestion de l’eau et de l’assainissement, la gestion des milieux aquatiques et du risque inondation. Paradoxalement, l’État poursuit son désengagement (baisse des dotations, obligation données aux Communautés de Communes d’exercer des compétences qu’elles n’ont pas choisies… sans transfert de ressources correspondantes.)
La nouvelle Communauté de Communes sera aussi attentive au maintien des services publics sur les communes et à l’accès aux soins et professionnels de santé ; à ce titre elle soutiendra le projet de la gendarmerie sur la commune de Saint-Julien et les projets de maison de santé qui pourraient voir le jour sur son territoire.

(logo provisoire)

D'autres lectures ?